ESPACE MEMBRES
03 novembre 2022

Développement international : les PME se recentrent sur l'Europe

Laure Meurville-Le-Paul est responsable de l'activité "Trade Development" pour BNP Paribas. Elle nous livre son analyse du développement des PME françaises à l'import comme à l'export.

Se développer à l'international

Abonnez-vous à cette thématique pour rester informé

clap
1
comments
duration2 min
share
Partager

Quelle est la tendance globale des exportations concernant les PME Françaises ? 


Laure Meurville-Le-Paul : Aujourd’hui, nous constatons une tendance naturelle des exportations françaises vers le marché européen. En 2019, l'Europe représentait 45% des destinations de nos clients. En 2021, elle passe à 57%. 
La crise de la Covid-19 a multiplié les barrières au grand export : restrictions à l'entrée des pays, arrêt des salons et événements, hausse des coûts des voyages, difficulté de communication avec les partenaires commerciaux… Tous ces facteurs ont poussé les PME à recentrer leurs prospection sur le vieux continent. 


Qu'en est-il des importations ? 


Laure Meurville-Le-Paul : L'augmentation des coûts du transport entre l'Asie et l'Europe a accentué le phénomène sur les approvisionnements. Pour donner un ordre d'idée, le prix des conteneurs a triplé depuis 2019. Il faut ajouter à cela des délais de livraison de plus en plus longs et aléatoires, des incertitudes sur les approvisionnements de la part de pays aux politiques sanitaires plus strictes qu'en Europe, sans oublier le coût environnemental des importations. 
Importer des produits à faible valeur ajoutée d'Asie présente moins d'intérêt économique, nuit au climat et dégrade la satisfaction client à cause des ruptures d'approvisionnement sur certains produits. 
Vu la conjoncture, certaines entreprises ont entamé une réflexion stratégique de relocalisation et par conséquent de sécurisation de leurs approvisionnements vers les pays européens. 


Quelles opportunités les PME Françaises peuvent-elles saisir en Europe ? 


Laure Meurville-Le-Paul : Les opportunités de développement commercial sont multiples. Le marché européen comporte 740 millions d'habitants avec des degrés de maturité très divers offrant une multitude de possibilités pour les entreprises françaises. 
En 2021, l'Allemagne était le premier partenaire commercial de la France , représentant 29% des échanges de la zone Euro. Beaucoup de PME technologiques et de services s'installent Outre-Rhin pour y créer une filiale. Profitant d'un contexte favorable, un dirigeant de PME allemande sur deux a plus de 55 ans et n'a aucun repreneur identifié - certaines y réalisent une croissance externe afin d'accélérer leur implantation et leur développement local. 
L’Allemagne n'est pas le seul pays dans ce cas, d'autres pays européens tels que l’Italie disposent d'un important tissu de PME à vendre. 


Quelles perspectives pour ces PME à long terme ? 


Laure Meurville-Le-Paul : On peut supposer que cette tendance va se renforcer. L'Europe possède aujourd'hui tous les avantages pour une internationalisation réussie : proximité géographique et culturelle, diversité dans les marchés, capacités industrielles, main d'œuvre qualifiée, facilités des échanges commerciaux en respectant les enjeux environnementaux… 
La situation actuelle est par conséquent favorable sur notre continent. En revanche, le conflit Ukrainien fait naître de nouveaux défis pour les fournisseurs d'Europe de l'Est concernant leurs approvisionnements en matières premières et en main d'œuvre. 

 

Interview issue de l'édition Le Moci n°2095 - Septembre 2022