ESPACE MEMBRES
10 juillet 2024

[Matières Premières] Le pétrole portés par les tensions géopolitiques

Chaque semaine, nos experts vous proposent de faire le point sur les positions de marchés des matières premières et plus encore. Retrouvez les analyses du 1er juillet. Bonne lecture !

Suivre cette thématique pour rester informé

clap
1
comments
duration4 min
share
Partager

ENERGIE

Le cours du Brent sur la Bourse ICE a progressé de +1.46 % sur les cinq derniers jours pour s'échanger ce matin à 85.42 USD/baril, et a atteint un plus haut de deux mois au cours de la semaine. Cette dynamique s'explique en grande partie par la recrudescence des tensions géopolitiques au Moyen Orient. Bien que l'offre de brut ne semble pas pour l'heure perturbée, le marché reste inquiet, ce qui soutient les cours du pétrole. Sur le front des fondamentaux, une autre explication possible réside dans le démarrage aux Etats-Unis de la saison des déplacements, ce qui devrait impliquer une hausse de la demande de pétrole raffiné.

Sur le marché du gaz, les indices TTF (référence européenne) et PEG (marché français) ont évolué en sens opposé, le TTF affichant un léger recul de -0.09 % sur les 5 derniers jours quand le PEG progresse lui, de +1.20 %. Globalement, les prix du gaz naturel en Europe ont augmenté ces derniers semaines suite aux différentes alertes de ruptures d'approvisionnement. Même si les réserves en gaz sont plus élevées que d'habitude pour la période (77 % en Europe à cet instant contre 67 % ces 5 dernières semaines en moyenne), le marché demeure très sensible aux annonces en raison de son manque de flexibilité. En outre, les opérateurs de marché resteront très attentifs aux nouvelles de l'ouragan Béryl, qui se déplace actuellement vers les côtes américaines, car cela pourrait avoir des conséquences sur les exportations de GNL américain, et donc sur les prix internationaux.

De son côté, le certificat CO2 s'affiche en baisse de -0.87 % sur les 5 derniers jours et s'échange ce matin à 67.50 EUR/t après avoir traité en-dessous de 66 euros dans le courant de la semaine, un niveau pas vu depuis fin avril.

 

MÉTAUX

La quasi-totalité des métaux de base a affiché une hausse sur la semaine écoulée. Seul le contrat 3 mois Cuivre LME a affiché une baisse (-0.86 % sur les cinq derniers jours). Pour le reste, l’Aluminium affiche un gain de +0.44 %, le Nickel de +0.39 %, le Zinc de +3.29 %, suivi par le Plomb de +1.51 % et pour finir l'Etain de +0.21 %. Les récents problèmes d’approvisionnement en métaux impactent toujours négativement l’offre sur le marché. Le Zinc s'est démarqué par sa forte progression et a atteint son plus haut niveau depuis 3 semaines, porté par des annonces de réduction de production dans les fonderies chinoises. A l'inverse, le Cuivre est le seul métal en baisse sur la semaine écoulée en raison des signes de reprise de production au Chili, principal producteur de ce métal. La production en mai de ce dernier a été la plus élevée de cette année, augmentant de plus de +8 % par rapport à avril et à l’année précédente.

Sur les marchés des métaux précieux, l’Or et le Platinum se sont stabilisés sur la semaine écoulée, +0.21 % et +0.14 % respectivement, le Palladium étant lui à la hausse de +2.33 %. La tendance générale sur les métaux précieux reste à la hausse, suite à la publication des chiffres de l’inflation qui sont au plus bas depuis 3 ans aux Etats-Unis. Cette publication a donc renforcé l’idée que la banque centrale américaine pourrait baisser ses taux prochainement.

 

AGRICULTURE

Du côté des grains, le mois de juin aura été un mois de forte baisse : le contrat Blé Meunier Euronext cède quasi -15 % sur la période et le Maïs environ -5 %. La forte hausse observée sur le mois de mai a été presque entièrement effacée et le marché retrouve le niveau moyen de 220-230 EUR/t, fourchette de prix dans laquelle le blé a longtemps évolué entre mai et décembre 2023. En revanche, la tonne de grains termine les 5 derniers jours sur une note très légèrement positive en gagnant +0.11 %. Ce gain est porté à la fois par la demande en blé américain sur les marchés internationaux qui a dépassé les attentes la semaine dernière, et aussi par une météo plus clémente en Russie qui dissipe quelque peu les craintes liées à un approvisionnement resserré.

Côté softs, le prix de la tonne de Cacao a baissé de quasi -10 % la semaine dernière, essentiellement en raison d'un temps pluvieux dans les principales régions productrices d'Afrique de l'Ouest, ce qui soutient les récoltes en cours mais aussi à venir. C'est à ce titre que la Côte d'Ivoire s'attend à un rebond de la production sur la saison prochaine et prévoit de récolter 2 millions de tonnes de cacao. Ce chiffre est à comparer avec la moyenne des 5 dernières années à 2.2 millions de tonnes et aux dernières prévisions de l'International Cocoa Organization qui évoque 1.8 million. Enfin, le Sucre #11 New-York progresse de +7.06 % sur la semaine écoulée et la livre s'échange de nouveau au-dessus de 20 centimes de Dollar US, niveau pas observé dans le marché depuis 2 mois.

 

Retrouvez ici le bulletin de la semaine du 24 juin.

 

Ce document est publié par BNP Paribas. Bien que les informations contenues dans le présent document proviennent de sources que BNP Paribas considère comme fiables, nous ne pouvons en garantir l’exactitude, ces informations pouvant être soit incomplètes, soit résumées. BNP Paribas et/ou ses sociétés apparentées peuvent, ponctuellement, avoir une position sur ou être teneurs de marché d’une valeur mentionnée dans ce document ou d’un produit dérivé de ce titre, et peuvent également solliciter, exécuter ou avoir fait des opérations sur ces titres de placement en tant que Banque d’investissement, en tant que participant à un syndicat de placement ou pour d’autres services (y compris en tant que conseiller, chef de file ou prêteur) pour toute compagnie dont il est fait mention dans ce rapport. Les estimations ou opinions contenues dans le présent rapport reflètent notre jugement à la date de ce document et peuvent être modifiées sans préavis. BNP Paribas ne pourra être tenue responsable des conséquences pouvant résulter de l’utilisation d’une quelconque opinion ou information contenues dans le présent document. Il en est de même de toute omission. Aucune démarche prévue par la loi de 1940 sur les conseillers en investissement ("Investment Advisors Act") n’a été entreprise pour faire enregistrer BNP Paribas auprès de la "Securities and Exchange Commission". Ce document ne peut en conséquence être introduit, transmis ou distribué aux Etats-Unis d'Amérique ou dans leurs territoires ou possessions, ou remis à une "US person", telle que définie par la réglementation S de la loi de 1933 sur les valeurs mobilières (Regulation S of the US Securities Act of 1933, as amended). BNP Paribas (2018). Tous droits réservés. Sources : tous les graphiques et données sont issus de Bloomberg et sont affichés à titre purement indicatif.