ESPACE MEMBRES
04 juillet 2022

Saisir les opportunités du développement à l’international

Pour tirer le meilleur parti de la mondialisation et pérenniser sa stratégie de développement international, l’accompagnement est un ingrédient essentiel. Le point avec Jean-Marie Fabre, responsable Commerce International chez BNP Paribas Entreprises.

Se développer à l'international

Abonnez-vous à cette thématique pour rester informé

clap
5
comments
duration3 min
share
Partager

Export et import en 2021 : état des lieux
 

En 2021, la France se positionnait comme le 6e exportateur mondial de biens et de services, selon le ministère de l’Europe et des Affaires étrangères. Les exportations françaises retrouvaient alors 99% de leur niveau d’avant-crise. Certains secteurs se distinguent à l’export :

  • Chimie, parfums et cosmétiques (111% du niveau de 2019) ;
  • Luxe (105%) ;
  • Agroalimentaire (109%) ;
  • Textile (109%).


Il n’y a jamais eu autant d’entreprises exportatrices en France. En 2021, elles étaient 135 900 contre 123 000 en 2017 et 128 000 en 2019.

Les échanges de biens ont rebondi avec l’ensemble des régions du monde en 2021, et en particulier avec les pays de l’Union européenne, +3% par rapport à 2019.

 

Sur le terrain, nous constatons un surcroît d’intérêt pour l’international de proximité en matière de recherches d’implantations. L’Europe de l’Ouest est une destination privilégiée, conséquence prévisible des désordres générés dans la supply chain par la pandémie. Les entreprises françaises continuent de questionner leur stratégie en matière d’approvisionnement. Leur objectif est de sécuriser leurs stocks et de limiter leur dépendance vis-à-vis de la Chine.
Jean-Marie Fabre, responsable Commerce International chez BNP Paribas Entreprises

Quelles opportunités en 2022 ?


Les exportations françaises devraient croître de 4,6% en 2022 puis de 1,8% en 2023, selon Euler Hermes. La demande additionnelle adressée aux exportateurs français est elle aussi estimée à la hausse (5 milliards d'euros en 2022 et 25 milliards d'euros en 2023).
 

Les principaux secteurs concernés :

  • Equipements de transports (+3 Mds€ d’exportations additionnelles à saisir en 2022) ;
  • Pharmacie (+2,9 Mds€) ;
  • Chimie (+2,5 Mds€) ;
  • Electronique (+2,3 Mds€) ;
  • Machines et équipements (+2 Mds€).


Les opportunités se situent principalement :

  • En Allemagne (+5,8 Mds€ d’exportations additionnelles à saisir) ;
  • Aux États-Unis (+4 Mds€) ;
  • Au Royaume-Uni (+3,7 Mds€) ;
  • En Belgique (+3,2 Mds€) ;
  • En Espagne (+2,9 Mds€).

 

Les politiques de relance adoptées par la plupart des pays sont autant d’opportunités à saisir.  Les différents plans de relance font la part belle à des secteurs dans lesquels les entreprises françaises excellent : infrastructures ou les  énergies renouvelables.  Il est certain que l’Europe de l’Ouest, y compris le Royaume-Uni, mais aussi l’Asie du Sud-Est  et les États-Unis restent des zones à fort potentiel pour commercer dans un cadre sécurisant et facilement sécurisable. Le Brésil et les pays du Golfe offrent également de belles perspectives. Les pays du Golfe, de par leur distance notamment culturelle, peuvent sembler complexes à aborder. Pourtant ces marchés dynamiques sont accessibles pour les entreprises françaises. Les risques peuvent être minimisés grâce à un accompagnement par des spécialistes trade.
Jean-Marie Fabre, responsable Commerce International chez BNP Paribas Entreprises

Se faire accompagner , clé du succès


En France, les entreprises ont la chance de pouvoir compter sur un écosystème particulièrement riche en matière d’aide au développement international. 

Il y a près de 200 pays dans le monde et presque autant de manières de commercer ! L’international ne s’improvise pas. L’export nécessite à la fois de bâtir une stratégie et d’y consacrer un minimum de moyens pour en faire un réel relais de croissance pérenne. Se faire accompagner permet de sécuriser vos opérations de développement international sur le plan financier mais aussi au niveau réputationnel au regard des risques de conformité et de RSE. Faire appel à des spécialistes trade le plus en amont possible de vos projets internationaux permet d’éviter certains écueils pour les termes négociés dans vos contrats commerciaux. Anticiper est toujours préférable. Il est souvent difficile de revenir en arrière avec son client ou son fournisseur.
Jean-Marie Fabre, responsable Commerce International chez BNP Paribas Entreprises
clap
5
comments
duration3 min
share
Partager