ESPACE MEMBRES
14 novembre 2023

[Matières Premières] Les prix européens du gaz au plus bas depuis 2021

Chaque semaine, nos experts vous proposent de faire le point sur les positions de marchés des matières premières et plus encore. Retrouvez les analyses du 22 mai. Bonne lecture !

Suivre cette thématique pour rester informé

clap
3
comments
duration4 min
share
Partager

 

ENERGIE

Les cours du pétrole et du Gasoil ont plutôt été orientés à la hausse la semaine passée. Sur les cinq derniers jours, le baril de Brent a vu son prix progresser de +2.10% et s'échange à cet instant légèrement au-dessus de 75 USD/baril. Cette hausse s'explique en particulier par l'accélération de l'activité des raffineries américaines. Selon les dernières données de l'Agence américaine de l'Energie, le taux d'utilisation des raffineries est sur un point haut et supérieur au niveau habituel à ce moment de l'année. Cela signifie que la demande pour le brut est robuste. A l'inverse, la prudence des investisseurs face aux négociations sur la dette américaine pèse plutôt sur les cours du Brent. Les stocks d'essence sont de leur côté relativement bas ce qui soutient de surcroît les prix. 

Les prix du gaz n'en finissent plus de baisser. Le prix du 1er contrat TTF (référence européenne du gaz) a conclu la semaine sur un repli de près de -9%, pour s'échanger aujourd'hui en-dessous de 30 EUR/MWh. Il s'agit d'un plus bas niveau depuis près de 2 ans. Cette baisse s'epxlique toujours par l'arrivée des températures de la saison estivale, propice à une réduction de la consommation, et par un niveau de stockage élevé, réduisant les risques de nouvelles tensions pour l'hiver prochain.

Ce constat est similaire pour l'électricité, qui affiche un repli de -8.60% sur la semaine dernière pour le prix du French Power Base Load. 

 

METAUX

Les métaux de base cotant sur la bourse des métaux de Londres (LME) ont connu des évolutions contrastées sur la semaine écoulée.

Le prix de l'Aluminium a augmenté de +2.33% sur les 5 derniers jours et celui de l'Etain de +2.48%. Ces rebonds font suite à de forts replis observés la semaine d'avant, dans un contexte économique incertain. 
A l'inverse, le Nickel et le Zinc ont tous deux enregistré des baisses notables de prix (respectivement -4.23% et -2.75%). Du côté du Nickel, la bonne tenue de la production en provenance d'Indonésie, l'un des premiers producteurs du métal, contribue au repli. De plus, la baisse des prix de l'énergie contribue à faire baisser les coûts de production et in fine les prix.

Du côté des métaux précieux, la semaine dernière, l'Or et l'Argent ont respectivement perdu -1.64% et -0.49%, tandis que le Palladium et le Platinium ont progressé de +0.13% et +1.29%. Excepté la hausse de vendredi, la baisse du cours de l'Or sur l'ensemble de la semaine s'explique par l'espoir d'une issue favorable aux négociations relatives au plafond de la dette aux Etats-Unis. Du côté du Platinium, la hausse de la demande en provenance des constructeurs automobiles fait craindre un déficit important sur le marché de ce métal précieux. 

 

AGRICULTURE

Les grains ont enregistré une nouvelle semaine de repli marqué des cours sur le marché : le Soja a perdu -8.90%, le Blé Meunier -5.22%, le Colza -4.87% et le Maïs -2.54%.

Les bonnes conditions des cultures d'hiver en Europe et en Mer Noire et l'avancée rapide des semis de soja et maïs aux Etats-Unis continuent de peser sur les prix. De plus, la reconduction pour 2 mois du corridor maritime au départ d'Ukraine contribue également à la détente du marché. Enfin, les performances économiques chinoises, encore inférieures aux attentes, suscitent des incertitudes pour la demande de produits agricoles de ces prochains mois.

Du côté des softs, le marché du Sucre commence à se détendre après avoir atteint des plus hauts depuis plus de 10 ans tandis que le Café Arabica progresse nettement de +3.23%

 

 

Retrouvez le bulletin de la semaine dernière ici

 

 

Ce document est publié par BNP Paribas. Bien que les informations contenues dans le présent document proviennent de sources que BNP Paribas considère comme fiables, nous ne pouvons en garantir l’exactitude, ces informations pouvant être soit incomplètes, soit résumées. BNP Paribas et/ou ses sociétés apparentées peuvent, ponctuellement, avoir une position sur ou être teneurs de marché d’une valeur mentionnée dans ce document ou d’un produit dérivé de ce titre, et peuvent également solliciter, exécuter ou avoir fait des opérations sur ces titres de placement en tant que Banque d’investissement, en tant que participant à un syndicat de placement ou pour d’autres services (y compris en tant que conseiller, chef de file ou prêteur) pour toute compagnie dont il est fait mention dans ce rapport. Les estimations ou opinions contenues dans le présent rapport reflètent notre jugement à la date de ce document et peuvent être modifiées sans préavis. BNP Paribas ne pourra être tenue responsable des conséquences pouvant résulter de l’utilisation d’une quelconque opinion ou information contenues dans le présent document. Il en est de même de toute omission. Aucune démarche prévue par la loi de 1940 sur les conseillers en investissement ("Investment Advisors Act") n’a été entreprise pour faire enregistrer BNP Paribas auprès de la "Securities and Exchange Commission". Ce document ne peut en conséquence être introduit, transmis ou distribué aux Etats-Unis d'Amérique ou dans leurs territoires ou possessions, ou remis à une "US person", telle que définie par la réglementation S de la loi de 1933 sur les valeurs mobilières (Regulation S of the US Securities Act of 1933, as amended). BNP Paribas (2018). Tous droits réservés. Sources : tous les graphiques et données sont issus de Bloomberg et sont affichés à titre purement indicatif.