Trouvez votre solution

  1. 1

    Vous voulez...

  2. 2

    Dans quel but ?

  3. 3

    Pour quel objectif ?

recommencer
Commande publique : ce qui vous attend pour 2019 !
Article précédent Commande publique : ce qui vous attend pour 2019 !
Participez au G20 des jeunes entrepreneurs 2019
Article suivant Participez au G20 des jeunes entrepreneurs 2019

Transition énergétique : contraintes et opportunités

04/02/2019

Passer d'un modèle économique gourmand en énergies fossiles à un modèle plus sobre et plus durable, tel est l’enjeu de la transition énergétique. Au-delà des contraintes, prendre ce chemin est synonyme de bénéfices directs et indirects pour les entreprises. Tour d’horizon !

Transition énergétique, de quoi parle-t-on ?

La transition énergétique correspond au processus de transformation des modes de production, de transport et de consommation visant à diminuer l’empreinte de l’activité humaine sur l’environnement. L’objectif est de tendre vers une économie neutre en carbone.

Toutes les entreprises, quelle que soit leur activité, sont invitées, parfois contraintes par la réglementation, à participer à l’effort collectif et à relever le défi climatique.

"Les entreprises sont invitées à y participer"
Les entreprises sont invitées à y participer

Les différents leviers à disposition des entreprises

 

Économiser l’énergie

La première piste à explorer pour tendre vers la neutralité carbone est de réduire la consommation d’énergie. « De manière générale, l’énergie que l’on ne consomme pas est celle qui pollue le moins !, souligne David Bardina, directeur d’ENEA Consulting, cabinet conseil international en stratégie spécialisé dans la transition énergétique. Dans l’industrie, par exemple, le gisement d’économie est de l’ordre de 20%. » Ainsi, pour les entreprises, quelles sont les sources d’économies ?

  • Le bâti. Le chauffage est le poste énergétique le plus important dans les entreprises devant l’électricité. Or, les sources de déperditions thermiques d’un bâtiment sont nombreuses et souvent insoupçonnées. « C’est pourquoi l’optimisation de l’isolation intérieure (sols, parois…) et extérieure (murs, fenêtres, portes, toiture…) et la mise en place de systèmes thermiques performants (isolation de réseau d’ECS, chaudière à haute performance…) présentent un fort potentiel », indique David Bardina.
  • Les transports. « La question de la mobilité est souvent traitée de manière périphérique par les entreprises, constate David Bardina. Peu s’en préoccupent réellement à vrai dire. » Or, la hausse des prix du carburant ne cesse de peser sur le budget et les marges des entreprises. Rappelons qu’entre octobre 2017 et octobre 2018, la hausse du prix du litre de gazole a grimpé de 22,1% !


  • Prix carburantwww.ledauphine.com.

  • Les matériels et autres machines. Du parc informatique à l’éclairage, en passant par les serveurs ou les équipements industriels, les sources d’optimisation sont nombreuses et variées. À titre d’exemple, vous pouvez consulter notre article dédié aux économies liées à l’impression.

     

    Consommer des énergies vertes et la chaleur perdue

    La réduction de l’empreinte carbone passe également par la consommation d’énergies décarbonées ou vertes, c’est-à-dire propres et renouvelables : solaire photovoltaïque ou thermique, hydroélectricité, éolien, géothermie…

    Il est aussi envisageable de récupérer la chaleur fatale. Autrement dit valoriser la chaleur résiduelle issue d’un procédé et non utilisée. Par exemple, il s’agit de récupérer la chaleur émise par un four pour chauffer des locaux. Selon l'Ademe*, l'industrie présente un potentiel de chaleur fatale de 109,5 TWh, soit 36% de sa consommation de combustibles. À ce gisement s'ajoute notamment les 8,4 TWh de chaleur rejetés au niveau des UIOM (usines d’incinération d’ordures ménagères), des STEP (stations d’épuration des eaux usées), et les data centers. Au total, le potentiel représente un peu plus de 1,66 millions équivalents logements !



    Compenser les émissions carbone

    « La neutralité carbone est compliquée à atteindre, signale David Bardina. En effet, toute activité, même optimisée, émet du CO2. »

    D’où l’idée de compenser ses émissions de dioxyde de carbone en finançant des éco-projets. « La compensation carbone est une piste à envisager quand toutes les autres pistes ont déjà été explorées », estime David Bardina qui recommande de privilégier les projets locaux qu’il est possible de contrôler de visu. Pour en savoir plus la compensation carbone, vous pouvez consulter le site dédié du Geres**.

    "Les sources d’économie à exploiter sont nombreuses"


     

     

La transition énergétique, un levier de compétitivité

  • Réduire ses coûts durablement

    L'énergie est un poste de dépenses plus ou moins important selon les secteurs : de 5 à 40% pour les entreprises les plus énergivores. Il n’est alors pas étonnant que les économies financières soient un argument de poids en faveur de la transition énergétique. Réduire les coûts d’approvisionnement en énergie est d’ailleurs la principale motivation des entreprises, d’après une enquête menée par Dalkia.

    Mais se pose alors la question du retour sur investissement ou ROI. Pour 70% des entreprises sondées, des gains d’économies d’énergie ont été obtenus, dans des proportions diverses selon la nature des actions menées :

    Transition energétique

    « La transition écologique est une démarche qui ne se conçoit sans efforts et sans investissements, avertit David Bardina. Et le retour sur investissement peut être long. Heureusement, il existe des solutions, à l’image des certificats d’économies d’énergie (CEE). » C’est d’ailleurs le dispositif incitatif qui, à 55%, apparaît comme le plus efficace aux yeux des entreprises.

    « Aujourd’hui, le coût de l’énergie en France est peu élevé, ce qui réduit l’impact des investissements consentis, mais, sur le long terme, le prix des énergies fossiles augmentera », prévient l’expert d’ENEA Consulting. Autant anticiper !Enfin, toujours selon l’enquête Dalkia, 94% des entreprises estiment que la transition énergétique est un moteur d’innovation !

    Attirer les clients et les collaborateurs

    « S’engager sur la voie de la transition environnementale au sens large constitue aujourd’hui une opportunité en termes d’image et de business, que ce soit en B to B ou en B to C, assure David Bardina. Dans certains secteurs, ce n’est d’ailleurs plus considéré comme une option mais comme une obligation pour rester dans la course et développer les ventes. »

    Différentes études démontrent la prise de conscience des consommateurs qui se transforment en consom’acteurs. Par exemple, le baromètre Greenflex 2017 met en exergue que, pour 52,9% des Français (+ 2,4 points par rapport à 2016, + 12,5 points depuis 2012 !), la consommation responsable se traduit en premier lieu par le fait de consommer autrement : des produits labellisés, certifiés éthiques, locaux, moins polluants… Une étude Nielsen un peu plus ancienne (datant de 2015) indique que les deux tiers des consommateurs dans le monde sont prêts à payer davantage les produits ou services d'entreprises soucieuses de leur impact social et environnemental.

    L’argument écologique ne fait pas mouche qu’auprès des clients, les collaborateurs aussi y sont fortement sensibles. Là encore de nombreuses études viennent étayer cette affirmation. À titre d’exemple, citons la récente initiative d’étudiants de grandes écoles françaises (HEC, Centrale Supélec, Polytechnique…) qui ont lancé un Manifeste pour un réveil écologique, assurant ne pas vouloir travailler dans des entreprises polluantes. À ce jour, ce manifeste a récolté plus de 20 000 signatures !

    "Elle se conçoit avec efforts et investissements"


    Elle se conçoit avec efforts et investissements

     

Le cadre législatif français

Nous vous recommandons également
Article
La RSE (Responsabilité Sociale des Entreprises), un vrai levier de business

La prise en compte du développement durable, matérialisée dans une stratégie RSE, est bien plus qu’une simple stratégie de communication. C’est une réelle opportunité commerciale. L’entrepreneuriat social est la parfaite illustration que cette voie est créatrice de valeur et d’emplois.

Dossier
Transition énergétique : BNP Paribas accompagne les entreprises

Depuis la loi de transition énergétique d’août 2015, des outils ont été mis en place pour lutter contre le dérèglement climatique. Si les enjeux sont globaux, les acteurs sont locaux : citoyens, territoires et entreprises. BNP Paribas propose aux entreprises un accompagnement complet pour passer le cap de cette transition verte. C’est l’opportunité de rationaliser leur gestion et d’augmenter leur compétitivité.