Trouvez votre solution

1

Vous voulez... Financer votre activité, un investissement, un projet...

2

Dans quel but ? Acquérir un matériel ou un bien immobilier

3

Pour quel objectif ? Disposer d’une avance de vos effets de commencer en attente de paiement

recommencer
Trouvez votre solution
  1. 1

    Vous voulez... Financer votre activité, un investissement, un projet...

  2. 2

    Dans quel but ? Acquérir un matériel ou un bien immobilier

  3. 3

    Pour quel objectif ? Disposer d’une avance de vos effets de commencer en attente de paiement

recommencer
Contactez-nous
  • la demande de nos voisins
  • Le Brexit
  • profiter des opportunités
  • L’accompagnement proposé par BNP
  • made in France
Contactez-nous
Article précédent Politique monétaire et rendements obligataires
Article suivant Loi Sapin 2 et lutte contre la corruption

2017, année faste pour les exportations vers l’Union européenne ?

06/07/2017

2017 devrait être une année faste pour les entreprises françaises exportant vers l’Union européenne. C’est ce qui ressort d’une récente étude menée par Euler Hermes, le spécialiste de l’assurance-crédit (source : Euler Hermes ). La demande additionnelle adressée à la France devrait croître de 28 milliards d’euros d’ici à la fin d’année – avec une augmentation des volumes de 3,7 % –, après une contraction de 3 milliards d’euros en 2016. De quoi compenser les effets post-Brexit sur l’exportation vers le Royaume-Uni ?

Des exportations françaises portées par la demande de nos voisins directs

En 2016, 60% des exportations françaises étaient destinées à l’Union européenne (UE), une part amenée à progresser en 2017 puisqu’il est estimé que 80% de la demande additionnelle adressée à la France proviendra des pays membres de l’UE.

Et ce sont d’abord nos voisins les plus directs qui porteront la croissance des débouchés des entreprises hexagonales. En haut du podium, et sans surprise, l’Allemagne est le premier client avec plus de 5,2 milliards d’euros de nouveaux marchés ; suivent l’Espagne, avec 3,9 milliards d’euros, l’Italie avec 3,4 milliards d’euros, et enfin la Belgique, avec 2,9 milliards d’euros.

Certains secteurs de l’économie tricolore devraient bénéficier plus directement de cette demande supplémentaire : les biens d’équipement (+ 9,1 Mds€), la chimie (+ 3,7 Mds€) ou encore l’automobile (+ 1,9 Md€).

"Hausse des exportations françaises vers l’Union européenne en 2017. "
Hausse des exportations françaises vers l’Union européenne en 2017.

Le Brexit, un manque à gagner limité pour les entreprises françaises

Quid du Brexit ? Les premiers effets du vote britannique de juin 2016 se font sentir, avec la dépréciation de la livre sterling : - 12% sur un an. Conséquence : une stagnation des importations britanniques.

Les exportations françaises vers le Royaume-Uni devraient ainsi marquer le pas, avec un manque à gagner estimé à 6,1 milliards d’euros selon Euler Hermes.

Trois secteurs devraient y être particulièrement sensibles : les machines & équipements, l’agroalimentaire et la chimie, qui exportent respectivement 10%, 9% et 7% de leur production vers le Royaume-Uni.

Mais les effets du Brexit sont finalement mesurés. Pour faire face à cette conjoncture, les entreprises françaises ont en effet déjà réagi. Dès 2016, elles ont commencé à recentrer leurs exportations vers la zone euro : Allemagne, Espagne, Belgique et Italie en tête.



Pourquoi et comment profiter des opportunités offertes par le marché européen ?

Si vous souhaitez exporter dans l’UE, les démarches sont largement simplifiées et les coûts réduits. Les entreprises de l’UE, de l’espace économique européen ou installées en Turquie peuvent en effet y importer et exporter librement leurs marchandises (liberté de circulation des produits). Ce droit de transit autorise le transport d’un produit une fois celui-ci entré dans l’UE.

De nombreuses aides sont mises en place pour aider les entreprises. Certaines subventions de la Commission européenne (contribution financière directe) sont par exemple destinées aux domaines de l’environnement, de la recherche et de la formation. L’UE finance également des start-ups, des entreprises et des sociétés sans distinction de secteur d’activité, grâce aux prêts. Toutes les démarches pratiques pour faciliter vos exportations et voir quelles sont les aides dont vous pourriez bénéficier sont détaillées sur le site de la Commission européenne.

Vous voyez plus grand pour vos exportations ? Des accords ont été établis par l’UE avec des pays tiers : le Canada, l’Inde, la Corée du Sud, les États-Unis, Hong Kong et le Japon. De vraies opportunités de business pour les entreprises. Import comme export, les entreprises européennes devront se conformer aux règles édictées par la réglementation douanière de l’UE.

Enfin, le grand export n’est pas en reste : selon Euler Hermes, 1,6 milliard d’euros de débouchés seront à saisir en Chine en 2017, du fait d’une croissance nominale en augmentation (+ 8,9% en 2017 vs + 7% en 2015). Aux États-Unis, pas moins de 1,5 milliard d’euros seront à saisir pour les entreprises exportatrices françaises en 2017, en raison également d’une croissance en hausse (+ 2,3% en 2017 vs + 1,6% en 2016).

"Exportation : de quelles aides bénéficier ?"



Exportation : de quelles aides bénéficier ?

L’accompagnement des entreprises proposé par BNP Paribas

BNP Paribas accompagne également les entreprises désireuses d’exporter en partenariat avec Bpifrance, en les aidant à financer leurs dépenses de prospection. Ces avances de trésorerie pour les dépenses de prospection peuvent également être couvertes par l’assurance prospection de Bpifrance Assurance Export (ex-Coface), qui couvre les pertes subies par un échec commercial.

Trade Development de BNP Paribas aide les entreprises à identifier le bon partenaire, de la prospection à l’implantation d’un bureau ou d’une filiale sur de nouveaux marchés. BNP Paribas met également gratuitement à disposition des informations pour le déploiement à l’export sur le site dédié Trade Solutions.

"Miser sur le made in France pour vendre ses produits à l’étranger."


Miser sur le made in France pour vendre ses produits à l’étranger.

Exportations : n’oubliez pas le « made in France » !

Enfin, si vous produisez ou faites produire en France, n’oubliez pas de marquer vos produits du logo « made in France ».Un vrai plus commercial à l’export, notamment pour certains secteurs comme l’automobile, l’équipement de la maison, les produits alimentaires, etc.

Un marquage qui n’est pas obligatoire au sein de l’Union européenne, mais qui est bel et bien reconnu et dont toutes les modalités pratiques sont détaillées sur le site des Douanes françaises ainsi que dans le guide du marquage d'origine.

Ainsi, malgré un environnement externe complexe, lié pour partie au Brexit, les voyants sont au vert sur le marché européen. La croissance de l’UE devrait être stable en 2017 (+ 1,6 % vs + 1,7 % en 2016), soutenue par la demande des ménages et l’investissement. Une opportunité à saisir pour les entreprises hexagonales. Alors, qu’attendez-vous pour vous lancer ?