Trouvez votre solution

1

Vous voulez... Financer votre activité, un investissement, un projet...

2

Dans quel but ? Acquérir un matériel ou un bien immobilier

3

Pour quel objectif ? Disposer d’une avance de vos effets de commencer en attente de paiement

recommencer
Trouvez votre solution
  1. 1

    Vous voulez... Financer votre activité, un investissement, un projet...

  2. 2

    Dans quel but ? Acquérir un matériel ou un bien immobilier

  3. 3

    Pour quel objectif ? Disposer d’une avance de vos effets de commencer en attente de paiement

recommencer
Contactez-nous
  • Panorama en France
  • quelles entreprises
  • Facteurs-clés de succès
  • la période post levée de fonds
Contactez-nous
Article précédent Social selling : 7 bonnes pratiques pour prospecter sur Linkedin
Article suivant Document unique d'évaluation des risques : êtes-vous en conformité ?

Lever des fonds : du rêve à la réalité

04/09/2017

Pas un jour ne passe sans une annonce d’une levée de fonds au montant plus ou moins exorbitant à travers le monde. Il est vrai que le marché est favorable, notamment en France. Néanmoins, ce n’est pas un financement anodin. Le point sur les facteurs-clés de succès, en amont et en aval.

Panorama des levées de fonds en France

En France, le marché du capital-investissement est particulièrement dynamique. Près de 2,8 Mds€ ont été levés par des start-up en 2016, soit 567 entreprises financées par ce biais, selon le baromètre annuel d’In Extenso Innovation Croissance.

Contrairement aux idées reçues, les levées de fonds record ne sont pas légion. Plus de la moitié des opérations sont inférieures à 2,5 M€.Le premier trimestre 2017 confirme la dynamique observée en 2016, avec 161 opérations pour un montant total de 646,95 M€, soit une progression de 20 % par rapport à la même période en 2016, selon le baromètre trimestriel d’In Extenso Innovation Croissance.

"Répartition des opération 2016 par montants levés."
Répartition des opération 2016 par montants levés.

Répartition des opération 2016 par montants levés.

Avis aux candidats à la levée de fonds : certains secteurs apparaissent plus attrayants que d’autres aux yeux des investisseurs, comme Internet et les services, et les logiciels et les composants.

L’ancienneté de l’entreprise joue également, celles en phase de création ont plus de difficultés à lever des fonds que leurs ainées. Ainsi, les start-up en phase d’amorçage (entre un et trois ans d’existence) réalisent 51 % du nombre total de levées mais ne représentent que 27 % des montants. Les entreprises en phase de développement (plus de trois ans d’existence) sont un peu moins nombreuses à réaliser un tour de table mais les sommes récoltées sont plus importantes.

Seules les entreprises ayant un fort potentiel de croissance peuvent espérer boucler un, voire plusieurs tours de table. N’oubliez pas que les fonds n’investissent pas par philanthropie mais pour doubler, voire tripler leur mise. D’autant que pour financer des projets de développement classiques, les aides publiques et les produits bancaires traditionnels suffisent généralement.

Il faut être prêt à ouvrir son capital et à supporter le potentiel risque de dilution. Par ailleurs, la patience est de rigueur : ce type d’opérations peut prendre de six à neuf mois. Votre trésorerie teindra-t-elle jusque-là ?

Enfin, outre le financement, les entreprises s’offrent, par ce biais, crédibilité, l’expertise d’investisseurs et une belle occasion d’attirer les projecteurs. Encore faut-il convaincre des investisseurs aguerris…

"Répartition des montants des levées de fond par secteur en 2016"
Répartition des montants des levées de fond par secteur en 2016

Facteurs-clés de succès pour séduire les fonds d’investissement

La clé de la réussite, c’est la préparation. Portez une attention particulière au business plan ( nos conseils pour un business plan qui fait mouche ). Cette feuille de route prospective va indiquer aux investisseurs où vous comptez aller et par quel chemin. Elle est donc capitale. Elle va également vous aider à déterminer le montant dont vous avez besoin. Inutile de lever des sommes astronomiques.

Être ambitieux, c’est bien, mais être réaliste l’est tout autant. Les investisseurs ne sont pas nés de la dernière pluie, ils repéreront à coup sûr les projections trop optimistes ou fantaisistes de votre business plan. Votre crédibilité risque alors d’en pâtir.

Quand vous êtes fin prêt, sélectionnez les fonds d’investissement les plus adaptés à votre entreprise et à votre projet. Lisez la presse, faites marcher votre réseau, fouillez le Web. Des plateformes proposent des annuaires, plus ou moins complets ou détaillés, gratuits ou payants.

Entraînez-vous à pitcher, c’est-à-dire à présenter et vendre votre projet en quelques minutes. Le Web fourmille de conseils sur le sujet.

Au premier rendez-vous, ne ratez pas l’occasion de faire une première bonne impression. Soyez réactif quant aux compléments d’information demandés. Créez des liens de confiance, tenez-les informés des évolutions de votre business. Si tout se passe bien, les différents entretiens devraient déboucher sur une lettre d’intention (term sheet). À ce stade, si ce n’est pas déjà le cas, il peut être utile de se faire accompagner pour décrypter les conséquences juridiques. Idem pour la due diligence, audit de l’entreprise en vue de vérifier sa situation, et le pacte d’actionnaires, qui va poser le cadre de la cohabitation et de la sortie des investisseurs.

"Le marché des levées de fonds est favorable, néanmoins, ce n’est pas un financement anodin."
Le marché des levées de fonds est favorable, néanmoins, ce n’est pas un financement anodin

Bien gérer la période post levée de fonds

Mais attention, boucler une levée de fonds n’est jamais une fin en soi. Ce n’est même que la partie visible de l’iceberg. De nombreux écueils restent encore à éviter ! Car, collecter des centaines de milliers d’euros, voire des millions, ne met pas les entreprises à l’abri des difficultés pour autant. Grisés par ces sommes colossales, certains dirigeants pourraient avoir la tentation de dépenser sans compter et sans discernement. Or, le pragmatisme est essentiel. Le business plan, même s’il évolue forcément au fil de temps, constitue une feuille de route à suivre. Décevoir les investisseurs n’est pas une option. Il va d’ailleurs falloir composer avec ces nouveaux venus dans l’entreprise. Les clés du succès ? Transparence, communication, écoute, remise en question et reportings !

Lever des fonds implique forcément quelques adaptations. Finie l’approximation. Gérer une croissance parfois rapide requiert outils, process et structuration des équipes. Pour espérer croître sereinement, des bases solides sont nécessaires.

Enfin, la sortie des investisseurs doit s’anticiper afin de ne pas se trouver dépourvu le moment venu.

Intégré depuis plus de cinq ans dans l’écosystème innovant et avec un portefeuille clients de plus de 2 000 start-up, BNP Paribas, via sa filiale BNP Paribas Développement, investit en direct dans de nombreuses entreprises. En matière de capital risque, le WAI Venture fund , compartiment ouvert en mai 2016, a permis de financer 19 sociétés pour un montant total de 10 M€.


Nous vous recommandons également
Article
PME : 4 étapes pour financer votre croissance

Quelle source de financement choisir pour assurer son développement et faire fructifier son activité ? Eléments de réponse.

article
GDPR : règlement européen sur les données

L’environnement juridique qui régit les pratiques de collecte de données sera modifié dès le 25 mai 2018. Quelles implications pour les entreprises ?