Trouvez votre solution

  1. 1

    Vous voulez...

  2. 2

    Dans quel but ?

  3. 3

    Pour quel objectif ?

recommencer
Notre engagement en faveur de l'entrepreneuriat féminin
Article précédent Notre engagement en faveur de l'entrepreneuriat féminin
Prix La Tribune BNP Paribas Jeune entrepreneur 2016
Article suivant Prix La Tribune BNP Paribas Jeune entrepreneur 2016

IPO : critères de choix des investisseurs

08/07/2015

Les opportunités proposées aux investisseurs sont nombreuses et entrent en concurrence dans un marché des IPO très actif, à l’image du premier semestre 2015. Sur quels critères de sélection les investisseurs feront-ils leur choix ?

Présentation du projet boursier de l’entreprise


« Equity story » : définition préalable d'une stratégie

​L'entreprise candidate à une IPO doit avoir une histoire à raconter aux investisseurs. C’est ce qu’on appelle plus communément l’« equity story ». L’« equity story » doit mettre en avant vos opportunités de développement et les atouts qui vous permettront, à terme, de créer de la valeur. Elle reflète globalement votre stratégie, votre vision à plus ou moins long terme et les objectifs à atteindre (par exemple : se hisser au rang des leaders dans un domaine spécifique). Si votre « equity story » est convaincante, elle donnera envie à l’investisseur de participer à l’aventure et donc de rejoindre le capital de votre entreprise au moment de l’IPO.



Motivations du projet d’IPO : plusieurs objectifs possibles

L’investisseur s’intéressera également aux motivations qui vous conduisent à envisager une introduction en bourse afin de bien comprendre le ou les objectifs recherchés :

  • Recherche de financements alternatifs,
  • Souhait d'accroître votre notoriété et votre visibilité,
  • Recherche d’une liquidité pour vos actionnaires, etc.

Généralement, l’IPO s’effectuera par le biais d’une augmentation de capital, se traduisant par un apport d'argent frais en soutien de votre développement (opérations dites « cash in »). Toutefois, dans certains cas, l’IPO pourra prévoir la sortie de quelques actionnaires historiques (opérations dites « cash out »). Dans ce cas, les fonds levés ne donneront pas lieu à une augmentation de capital mais seront utilisés pour racheter les titres des actionnaires historiques. Sauf pour les entreprises déjà matures, l’investisseur souhaitera s’assurer que la part des fonds allouée au "cash out" est limitée.



Qualité du Management : un critère clé

Une attention particulière sera portée à la qualité du management. Plus précisément, l'investisseur s’interrogera sur la capacité de l’équipe en place à mettre en œuvre la stratégie définie en évaluant plusieurs critères :

  • L'équipe dirigeante dispose-t-elle d’un parcours professionnel probant ?
  • Quelles ont été les fonctions des dirigeants dans le passé ? Ont-ils occupé des fonctions transverses ?
  • Ont- ils développé une expertise technique particulière ? Dans quels domaines spécifiques ?
  • Arrivent-ils à convaincre leur audience ?
  • Disposent-t-ils d’une expérience en matière de gestion d’entreprise ?

Ces critères seront d’autant plus déterminants si l'un des dirigeants a déjà connu une ou plusieurs « success stories », c’est-à-dire un succès entrepreneurial qui s’est soldé par une vente à un prix intéressant pour le ou les cédants.



Structure de l'actionnariat : des indications complémentaires pour l'investisseur

Parmi les autres indicateurs, la composition de l’actionnariat peut aussi révéler des informations intéressantes pour l’investisseur. On distingue généralement trois catégories d’actionnariat :

  • L’actionnariat familial concentré autour d’une ou plusieurs familles,
  • L’actionnariat détenu majoritairement par son fondateur et par d’éventuels associés,
  • L’actionnariat ouvert à des tiers avec la présence d’investisseurs professionnels ou privés.

En analysant la structure actionnariale de votre entreprise, les investisseurs s’attacheront à identifier les indices qui leur permettront de conforter leur choix d’investissement :

  • La présence d’investisseurs professionnels dans votre capital tels que les fonds d’investissement. L’implication de ce type d’acteurs est un élément rassurant compte tenu de leur forte expertise financière et de leur spécialisation sectorielle,
  • La volonté de ces investisseurs professionnels de participer à votre IPO. En réinvestissant dans votre entreprise, ils réitèrent leur confiance dans la stratégie mise en place,
  • La part du capital détenue par les personnes clés de votre entreprise, en particulier les dirigeants. Plus cette part est significative et plus l’implication des dirigeants doit être importante,
  • La signature par les actionnaires historiques d’un engagement de conservation de titres (engagements de « lock up ») sur une durée déterminée et suffisamment longue (jusqu’à 12 mois en général),
  • L’attribution d’instruments de capital potentiel dans le cadre de votre politique de motivation des personnes clés (bons de souscription d’actions, stock options, etc.), à condition que la dilution induite reste raisonnable du point de vue de l’actionnaire.

Analyse financière de l’entreprise


Positionnement et marché : quelles sont les spécificités de votre entreprise ?

A ce stade, l’investisseur adoptera une approche davantage tournée vers l’analyse financière. Son objectif sera d’acquérir une parfaite compréhension du positionnement de votre entreprise et de son environnement de marché.

Les éléments ainsi pris en compte seront :

  • Les caractéristiques des produits ou des services proposés,
  • Vos marchés et les besoins que vous adressez,
  • Votre positionnement dans la chaine de valeur,
  • L’intensité de la concurrence sur vos segments,
  • Votre positionnement face à cette concurrence et vos éléments de différenciation, etc.

Pour les sociétés technologiques, la capacité d’innovation et la manière dont les produits et/ou services offrent une rupture par rapport à des solutions existantes sont essentielles. Pour mener à bien son analyse, l’investisseur pourra exploiter la documentation1 produite par l’entreprise dans le cadre de son IPO et présentant une information très complète : historique, activité, marchés, concurrence, stratégie, etc.



Chiffre d’affaires : une donnée clé à adapter en fonction des cas

Par ailleurs, l’investisseur souhaitera s’assurer que l’activité de l’entreprise connait une tendance positive. Cela varie en fonction du secteur mais une croissance annuelle du chiffre d'affaires supérieure à 15% sur les trois dernières années démontre une société en forte croissance et donc très attractive.

Un chiffre d’affaires minimum de 5 millions d'euros est attendu, sauf pour les entreprises de biotechnologie ou toute autre société à forte dimension technologique. Le chiffre d’affaires sera alors moins déterminant pour l’investisseur dans la mesure où les premières ventes de ces entreprises arrivent généralement après plusieurs années de développement et de validation des produits.​



Rentabilité : le principal objectif de toute entreprise

Un historique de rentabilité et une croissance des résultats de votre entreprise sont des éléments qui assurent à l’investisseur une certaine sécurité, car ils réduisent substantiellement le risque d’échec à court terme. Qui plus est, une perspective d’amélioration des marges de rentabilité pour les prochaines années aura un effet positif sur la valeur de votre entreprise au cours du temps.

Pour les sociétés qui n’ont pas encore atteint l’équilibre, notamment celles dans les Biotechnologies, ce critère sera là encore moins regardé par les investisseurs étant donné que ce type de sociétés est structurellement déficitaire les premières années (pas de chiffre d’affaires). Toutefois, les investisseurs auront besoin d’identifier l’horizon de profitabilité de l’entreprise pour se projeter à plus long terme.



Appréciation de la valorisation : un exercice complexe

​Enfin, les investisseurs les plus avertis aborderont les éléments de valorisation de l'entreprise afin d’apprécier la cohérence du prix d’introduction proposé. Exprimé sous la forme d'une fourchette indicative, le prix de l’action résulte de méthodes d'évaluation complexes qui ne sont pas détaillées dans la documentation d’IPO mais dont le résultat est généralement corroboré par les travaux d'évaluation des analystes financiers.

Dans la plupart des cas, le prix proposé aux investisseurs intègrera une décote par rapport à la valeur effective de l’entreprise et en principe offrira donc un potentiel de valorisation. En fonction des compétences qui lui sont propres en matière d’évaluation financière, mais également en consultant les avis de la presse spécialisée, l’investisseur pourra chercher à avoir des indications sur l’importance de la décote retenue.

Pour aller plus loin, rendez-vous sur le site Internet de Portzamparc, société de Bourse.



1Avant leur introduction en bourse, avec l’aide de leurs conseils, les sociétés sont tenues de produire un document d’information devant être approuvé par l’Autorité des Marchés Financiers (visa). Ce document, qui peut prendre la forme d’un Document de Base ou d’un Prospectus, présente une information très complète sur l’entreprise.

Nous vous recommandons également
Article
Préparer son introduction en bourse

L’introduction en Bourse d’une entreprise est une opération qui se prépare longtemps à l’avance (environ 3 à 6 mois une fois la décision validée). Avant le lancement de l’opération, l’entreprise devra passer par un certain nombre d’étapes préparatoires qui conditionneront fortement la réussite de son introduction en Bourse.

Article
Bourse pour PME / ETI

Avez-vous déjà envisagé d’introduire votre entreprise en Bourse ? Un grand nombre de PME/ETI continuent de penser que les Marchés Financiers sont réservés aux grands groupes. Le retour du financement des PME/ETI par la Bourse depuis 2013 tend à démontrer le contraire. Les Small&Mid Caps constituent en effet un univers d’investissement attractif.