Trouvez votre solution

  1. 1

    Vous voulez...

  2. 2

    Dans quel but ?

  3. 3

    Pour quel objectif ?

recommencer
500 M€ en plus pour les PME touchées par la crise
Article précédent 500 M€ en plus pour les PME touchées par la crise
L'entreprise Socomore, lauréate des Victoires de la Croissance Durable
Article suivant L'entreprise Socomore, lauréate des Victoires de la Croissance Durable

PME & ETI : une IPO pour doper votre croissance ?

16/06/2021

Beaucoup d’idées reçues entourent l’introduction en Bourse. C’est pourtant un excellent moyen de financement pour les PME et ETI ayant un solide projet de croissance. Le point avec Vincent Le Sann, directeur général adjoint de Portzamparc.

La crise a-t-elle impacté le marché des introductions en Bourse ?

Vincent Le Sann : en 2020, le marché réglementé d’Euronext Paris a accueilli cinq IPO (initial public offering, introduction en Bourse en français), comme l’an passé. Tandis que 20 introductions ont été enregistrées sur Euronext Growth (anciennement dénommé Alternext), marché régulé dédié et adapté aux PME. Le montant total ainsi levé atteint 493,6 M€. Le marché est reparti dès septembre 2020, à la faveur des dossiers liés à la transition énergétique notamment. L’ensemble du marché est bien orienté.

 

En fin de compte, 2020 a été un accélérateur de prise de décisions structurelles pour l’avenir des entreprises. Quand le contexte est favorable, quand les besoins sont facilement financés, les dirigeants reportent les décisions fortes, comme une introduction en Bourse. Une IPO a parfois besoin d’un déclencheur. Dans la mesure où ce type de projet met entre six et douze mois à se concrétiser, de nombreuses introductions en bourse devraient intervenir à partir du second semestre et en 2022. L’heure est à la préparation des IPO. En ce mois de mai, l’activité est même particulièrement intense, du jamais vu depuis une vingtaine d’années ! 

De nombreuses IPO pour le second semestre et 2022

C’est donc le bon moment pour une introduction en Bourse ?

Vincent Le Sann : tout à fait ! Le marché est là, les investisseurs aussi. De nombreux fonds dédiés aux PME et ETI collectent, aidés en cela par le marketing autour des labels Relance et ISR. Par ailleurs, depuis l’an dernier, les particuliers renouent avec la Bourse. Selon l’AMF, près de 1,4 million de particuliers ont passé un ordre d’achat ou de vente sur des actions en 2020, dont 410 000 nouveaux investisseurs. L’accès au marché a probablement été facilité par la hausse de temps libre. La tendance se poursuit en ce début d’année 2021, puisque l’AMF a comptabilisé 70 000 nouveaux particuliers investisseurs au 1er trimestre. Ce qui est sûr, c’est que ce mouvement est inattendu car on assistait à une lente érosion de cette catégorie d’investisseurs depuis une décennie. Aujourd’hui, c’est une population plus jeune et plus digitale qui investit par ce biais. Une population qui est friande de PME et ETI, qui se sent concernée par les problématiques environnementales et de santé. Cette dynamique est également importante pour s’assurer de la liquidité des titres sur le marché au fil de l’eau.

Bref, il est encore temps de prendre le train en marche !

Un retour des ordres d’achats des particuliers

L’IPO est donc une opération financière accessible aux PME et ETI ?

Vincent Le Sann : les grandes et médiatiques introductions en Bourse, comme celle de La Française des Jeux, est l’arbre qui cache la forêt. Il faut savoir que 90% des IPO sont le fait de PME. Et cela fonctionne très bien ! La preuve avec le distributeur de produits surgelés en circuit court, Ecomiam (chiffres d’affaires 23 M€), introduit sur le marché Euronext Growth Paris en septembre dernier. Le titre a suscité un vif intérêt de la part des investisseurs, si bien que le prix d'introduction de l'action a été fixé sur le haut de la fourchette. Le titre a gagné 35%, et est en avance sur ses objectifs. L’opération lui a permis de lever 12,6 M€.

 

Vincent Le Sann,
Directeur général adjoint de Portzamparc

« Des efforts de pédagogie sont encore nécessaires pour démystifier l’introduction en Bourse. Car, non, ce n’est pas trop compliqué, trop cher, trop lourd… En revanche, une IPO n’est pas un projet adapté à toutes les entreprises. Seules celles qui ont de fortes perspectives de croissance en termes de chiffre d’affaires et de rentabilité à moyen terme ont le profil. D’autres détails peuvent jouer en faveur de l’entreprise, comme la participation des investisseurs historiques à l’opération. C’est une marque de confiance qui rassure les investisseurs. »

Quels sont les avantages d’une IPO ?

Vincent Le Sann : en général, les dirigeants font le choix de la Bourse pour aller plus vite dans leur développement. Une IPO représente un véritable coup d’accélérateur, un bon moyen de briser le plafond de verre des PME, un tremplin vers l’ETI ! Et ce, grâce aux fonds levés mais pas uniquement. La mise sur le marché donne un coup de projecteur sur l’entreprise et la crédibilise, ce qui va faciliter le recrutement de talents, la contractualisation avec ses clients et fournisseurs internationaux ou encore la croissance externe. En apparaissant comme un consolidateur de son marché, l’entreprise cotée reçoit un deal flow entrant particulièrement important.

 

L’IPO ne sert pas qu’à lever des fonds. Une introduction en Bourse est également un formidable outil pour régler le problème des investisseurs minoritaires, qui n’ont pas vocation à rester au capital. Le dirigeant garde le contrôle de l’entreprise mais leur permet de céder leur participation sur le marché.

Des introductions en bourse à succès pour les PME

Quels services proposez-vous aux entreprises ?

Vincent Le Sann : Portzamparc est le leader de l'accompagnement des PME-ETI en Bourse avec, à son actif, un tiers des introductions en Bourse de PME-ETI effectuées en France.

Nous accompagnons les entreprises qui souhaitent entrer en Bourse en les conseillant à toutes les étapes de l’IPO, en rédigeant la documentation, en coordonnant les différents intervenants, en mettant en musique les messages à destination des investisseurs… Nous proposons également nos services aux entreprises déjà cotées, par exemple pour leurs nouveaux besoins de financement.

Si vous vous interrogez sur la pertinence de ce mode de financement pour votre entreprise, n’hésitez pas à échanger avec vos pairs qui ont sauté le pas pour vous forger votre propre conviction sur le sujet. Votre chargé d’affaires BNP Paribas est évidemment un interlocuteur de premier choix : il saura vous conseiller et assurer la mise en relation avec les experts de Portzamparc.