Trouvez votre solution

1

Vous voulez... Financer votre activité, un investissement, un projet...

2

Dans quel but ? Acquérir un matériel ou un bien immobilier

3

Pour quel objectif ? Disposer d’une avance de vos effets de commencer en attente de paiement

recommencer
Trouvez votre solution
  1. 1

    Vous voulez... Financer votre activité, un investissement, un projet...

  2. 2

    Dans quel but ? Acquérir un matériel ou un bien immobilier

  3. 3

    Pour quel objectif ? Disposer d’une avance de vos effets de commencer en attente de paiement

recommencer
Contactez-nous
  • inspiration espagnole
  • vent d'optimisme
  • tendance à la baisse de l'euro
Contactez-nous
Article précédent Retraite : les chiffres clés
Article suivant Régime mère-fille : notre zoom

Adieu à l'hiver

02/03/2015

Le printemps calendaire arrive à grands pas mais, dans la zone euro, le printemps économique a déjà commencé, qui plus est, l'été économique se présente sous de bons auspices. Pour les nuages, il faut plutôt regarder du côté des Etats-Unis même si la Réserve fédérale fera tout pour éviter de provoquer un orage.

L'inspiration du titre de cet éditorial m'est venue lors d'un récent voyage à Barcelone

E​n route pour une réunion avec des clients, j'ai remarqué la vitrine d'un magasin de mode affichant « Bye bye winter ». Ce slogan publicitaire illustre bien la situation de l'Espagne. 
Ce pays a réalisé un ajustement profond notamment en matière de coûts salariaux unitaires. Il est maintenant temps d'en récolter les fruits sous forme de croissance soutenue, de baisse du chômage, voire même d'un début de remontée des loyers des bureaux dans la capitale.

L'image d'une conjoncture en voie d'amélioration est assez bien partagée par la majorité des pays de la zone euro et les facteurs sous-jacents sont bien connus :

  • assouplissement quantitatif,
  • baisse de l'euro et des taux d'intérêt,
  • hausse de la demande de crédit et amélioration de l'accès au crédit,
  • baisse des prix du pétrole,
  • politique budgétaire neutre,
  • bonne conjoncture chez des partenaires commerciaux comme les Etats-Unis et le Royaume-Uni.

Le consommateur insuffle un vent d'optimisme

​Concernant la dynamique pour les prochains mois, nous comptons beaucoup sur le consommateur. Cela s'inscrirait dans une tendance entamée au second semestre de 2014, où la croissance de la consommation des ménages a dépassé celle du PIB, chose assez rare. 

Pour l'année en cours, le soutien de l'activité viendra de l'amélioration du revenu disponible réel qui s'explique par le recul de l'inflation (baisse des prix du pétrole) mais également par les créations d'emplois. On note d'ailleurs, depuis plusieurs mois, un retour en force de la confiance des ménages et une nette hausse des ventes au détail au mois de janvier qui a largement dépassé les attentes des analystes. Par ailleurs, le moral des constructeurs automobiles s'améliore ce qui s'est traduit par une belle remontée de leurs cours boursiers.
En dehors de la consommation privée, les exportations et, dans un deuxième temps, l'investissement des entreprises contribueront également à l'amélioration de l'activité économique.

L'embellie n'empêche pas la tendance à la baisse de l'euro

​Ce regain de momentum économique n'a pas empêché l'euro de reculer encore par rapport au dollar. Ce nouvel accès de faiblesse a coïncidé avec le début des opérations d'achat de la BCE dans le cadre de son programme d'assouplissement monétaire, ce qui suggère que des investisseurs non-européens ont vendu des positions. 
Les bons chiffres de l'emploi américain ont été un autre facteur. La suite des événements dépendra d'ailleurs de plus en plus de ce qui est dit à Washington DC où la Réserve fédérale se prépare à resserrer la vis. 

En conclusion, et pour filer la métaphore météorologique, le ciel économique européen se dégage et s'il reste assez frais pour l'instant, la température devrait rapidement atteindre un niveau agréable, par rapport aux normes de ces dernières années. Dans la succession des saisons, les Etats-Unis sont déjà plus avancés. Même si l'automne paraît encore bien loin, le climat estival y est lourd. L'économie s'approche du plein emploi et on attend, presque avec impatience, l'accélération de la hausse des salaires. La Réserve fédérale adaptera son discours dans les prochaines semaines afin que le premier relèvement de son taux officiel, que nous attendons pour le mois de septembre, ne soit pas une surprise et ne provoque donc pas d'orage.

William DE VIJLDER

William DE VIJLDER

Directeur de la Recherche économique
de BNP PARIBAS

Nous vous recommandons également
sur le web
Le portail des Etudes Economiques - BNP Paribas

Toute l'information sur l'économie internationale. Retrouvez les analyses, commentaires, articles et vidéos des Etudes Economiques.

sur le web
Eco Blog : décryptage de l'économie internationale

William de Vijlder, Directeur de La Recherche Economique de BNP Paribas partage son expertise sur son blog. Retrouvez ses publications, vidéos…