Trouvez votre solution

1

Vous voulez... Financer votre activité, un investissement, un projet...

2

Dans quel but ? Acquérir un matériel ou un bien immobilier

3

Pour quel objectif ? Disposer d’une avance de vos effets de commencer en attente de paiement

recommencer

Trouvez votre solution

  1. 1

    Vous voulez... Financer votre activité, un investissement, un projet...

  2. 2

    Dans quel but ? Acquérir un matériel ou un bien immobilier

  3. 3

    Pour quel objectif ? Disposer d’une avance de vos effets de commencer en attente de paiement

recommencer
Contactez-nous
  • évolution du prix du pétrole
  • Des modalités de réduction
  • Un accord sur le cours du pétrole
  • stratégie de l’Opep
Contactez-nous
Article précédent Enquête de Satisfaction Client : Donnez-nous Votre Avis
Article suivant Evénements Entrepreneurs : Inscrivez-vous, c’est gratuit !

Jusqu’où ira l’actuelle remontée des prix du baril de pétrole ?

09/11/2016

Alors que l’Opep a temporairement fait monter les prix du pétrole, une réunion le 20 novembre prochain devrait acter une limitation de la production mondiale d’or noir.

Quelles sont les raisons de cette évolution du prix du pétrole ?

Après avoir chuté à 41 dollars au cœur de l’été, le prix du baril de brent* a repris de la vigueur puisqu’il se négocie actuellement autour des 52 dollars**.

L'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) a accepté d’entamer des discussions concernant une réduction de la production de brut d'environ 700 000 barils par jour (bpj), ce qui la ramènerait entre 32,5 et 33 mb/j. Cet accord de principe, dit accord d’Alger, pris le 28 septembre dernier, qui devra être acté officiellement le 30 novembre prochain, vise à limiter l’offre mondiale qui faisait pression jusqu’ici sur les cours de l’or noir.

Un accord pour… se mettre d’accord

Les modalités de cette réduction seront amenées à être réglées lors de la prochaine réunion officielle de l'Opep, le 30 novembre prochain à Vienne. Les mauvaises langues diront que ce n’est pour l’instant qu’un accord… pour se mettre d’accord. Bien que cela ne soit qu'une première étape, le marché prend cela comme une bonne nouvelle ; le baril de brent ayant pris jusqu’à 6 dollars en quelques jours.

L'accord d'Alger prévoit aussi des consultations auprès des grands producteurs non-Opep tels que la Russie afin d'établir une action coordonnée de réduction de la production. Pour ce faire, ces pays se sont rencontrés à Istanbul les 11 et 12 octobre 2016 pour discuter des solutions à apporter, sans résultat tangible pour l'heure.

D'autres réunions de travail sont toutefois prévues d’ici au 30 novembre prochain, notamment entre les ministres de l'énergie saoudien et russe à Riyad, ainsi qu’entre les membres de l'Opep. Celles-ci apporteront vraisemblablement des précisions sur cet accord qui reste pour l’heure soumis à de nombreuses interrogations.

"La coopération avec les pays non-Opep n'a pas encore réellement pris forme."


Un accord sur le cours du pétrole, plusieurs interrogations

Tout d’abord, il n’y a pas de consensus sur la référence que l'Opep prend pour établir ses coupes de production. En effet, les estimations de production dans les pays de l'Opep sont diverses selon qu'il s'agisse des estimations provenant des données de l'Agence Internationale de l’Energie (AIE) (33,6 mb/j en septembre), du secrétariat de l'Opep (33,4 mb/j) ou des analystes de Bloomberg (33,8 mb/j).

La deuxième question qui se pose sur cet accord est l'exemption de certains pays de se joindre aux efforts de réduction de la production. En effet, l'Iran, la Libye et le Nigéria ne sont pas positionnés sur l'accord alors que la production iranienne pourrait être limitée à court terme. La Libye, quant à elle, a récemment indiqué qu'elle avait augmenté sa production de moins de 400 kb/d à un niveau de 500 kb/d avec la réouverture des terminaux pétroliers, et les autorités du pays prévoient de passer à 900 kb/d d'ici la fin de l'année.

L'Algérie et le Venezuela sont pour leur part trop limités financièrement pour pouvoir se passer d'une partie de leurs ressources financières. La charge des coupes de production pèsera donc sur l'Irak, l'Arabie saoudite et les monarchies pétrolières voisines. Si l'Arabie saoudite a pris une posture plus conciliatrice - notamment par rapport à l'Iran - pour démontrer aux marchés la crédibilité du cartel, elle a néanmoins déjà failli dans le passé à assumer une part disproportionnée de coupe de production.

Enfin, dernier point sujet à interrogation, la coopération avec les pays non-Opep n'a pas encore réellement pris forme. Seule la Russie a officiellement affirmé, par la voix de son président Vladimir Poutine, la volonté de geler sa production voire de la réduire si nécessaire. Il faut toutefois rappeler que la production russe n'a jamais été à un niveau aussi élevé. En proie à des sanctions internationales, le pays a besoin de maximiser ses revenus en dollar issus de la rente pétrolière, ce qui explique qu'elle met un point d'honneur à produire autant. Ainsi, un gel de production n'aurait pas une grande influence sur le volume de l'offre mondiale.

Une stratégie de l’Opep à double tranchant

L'Opep a temporairement fait monter les prix du brut. Si l'Opep a jusqu'à présent réussi à dynamiser les prix, le contrecoup pourrait être une reprise de la production issue des puits de pétrole de schiste américain. Est-ce que cette remontée des prix sera bénéfique à l'Opep et surtout à l'Arabie saoudite qui a comme objectif premier de garder ses parts de marché ? Nous continuons pour l'heure de penser que la production américaine sera le catalyseur sur les prix pour les six prochains mois, avant que le manque d'investissement constaté ces trois dernières années ne vienne impacter les niveaux d'offres mondiales.

Les nouvelles provenant de l'Opep et les rumeurs sur la réunion du 30 novembre viendront cependant jouer le rôle de perturbateur sur les marchés, rendant toujours aussi compliqué les prévisions à court et moyen terme.

Cours du pétrole

  1. * Brent est le nom d’un gisement pétrolier en mer du Nord. Le baril de brent sert aujourd’hui de référence de prix du pétrole au niveau mondial.
  2. ** au 17/10/2016.

Nous vous recommandons également
sur le web
Le portail des Etudes Economiques - BNP Paribas

Toute l'information sur l'économie internationale. Retrouvez les analyses, commentaires, articles et vidéos des Etudes Economiques.

sur le web
Eco Blog : décryptage de l'économie internationale

William de Vijlder, Directeur de La Recherche Economique de BNP Paribas partage son expertise sur son blog. Retrouvez ses publications, vidéos…