Trouvez votre solution

1

Vous voulez... Financer votre activité, un investissement, un projet...

2

Dans quel but ? Acquérir un matériel ou un bien immobilier

3

Pour quel objectif ? Disposer d’une avance de vos effets de commencer en attente de paiement

recommencer
Trouvez votre solution
  1. 1

    Vous voulez... Financer votre activité, un investissement, un projet...

  2. 2

    Dans quel but ? Acquérir un matériel ou un bien immobilier

  3. 3

    Pour quel objectif ? Disposer d’une avance de vos effets de commencer en attente de paiement

recommencer
Contactez nous
  • croissance boostée
  • une embellie de courte durée
Contactez nous
Article précédent L’autopartage réinvente la gestion des véhicules d’entreprise
Article suivant 79% des internautes français achètent sur Internet

Croissance en zone euro : quelles prévisions pour les semestres à venir ?

05/06/2016

La conjoncture en zone euro affiche une bonne tenue avec une croissance du PIB de 0,5% d’un trimestre à l’autre (t/t). Un résultat particulièrement favorable si on le compare à celui des années précédentes et aux pronostics des analystes. En outre, il dépasse de loin celui des Etats-Unis qui enregistrent une croissance de 0,5% mais en rythme annualisé...On notera en particulier les bonnes performances de l’Espagne (+0.8% t/t), de l’Allemagne (+0.7% t/t) et de la France (0.5% t/t). Un dynamisme d’autant plus réconfortant qu’il reflète une bonne orientation de la demande domestique (la consommation des ménages et l’investissement).

Une croissance boostée par des indicateurs favorables

Il est vrai que les facteurs de soutien ne manquent pas. Les taux d’intérêt bas alimentent la demande du crédit ; les enquêtes de la BCE montrent que l’accès au crédit est facile ce qui indique que la politique monétaire porte ses fruits et la politique budgétaire est légèrement expansionniste. Des éléments psychologiques qui s’expriment par un regain de confiance jouent également en faveur de la croissance. Une conjoncture dont on ne peut donc que se réjouir, mais attention à ne pas tomber dans le piège de l’extrapolation simpliste, les perspectives à moyen termes ne sont pas forcément aussi positives.

En effet, un fléchissement est à redouter au deuxième trimestre 2016 si l’on regarde les statistiques récentes de la production industrielle et des ventes au détail. Une prévision que confirme la tendance à la baisse des indicateurs de sentiment des ménages et des industriels. Les chiffres récemment publiés des entrées de commandes permettent déjà de se faire une première idée de la situation pour le deuxième semestre qui s’oriente vers une stabilisation du taux de croissance. Au final, l’année 2016 devrait tout de même être un bon millésime sur le plan de la croissance.

Une embellie de courte durée

S’il est encore trop tôt pour parler avec certitude de 2017, rappelons que récemment, lors de la présentation de ses nouvelles prévisions, la Commission Européenne a annoncé trois scenarios défavorables à la croissance : 

  • une hausse de l’inflation, en grande partie due à une hausse en glissement annuel de l’inflation liée au prix de pétrole,
  • les effets retardés d’un euro qui s’est raffermi par rapport à la moyenne des partenaires commerciaux de la zone euro
  • une politique budgétaire qui cesserait de donner une impulsion positive à la conjoncture.

Autre nuage possible dans le ciel économique, l’économie américaine dont les statistiques et enquêtes envoient des signaux contradictoires :

  • baisse de l’enquête ISM*après une remontée le mois précédent,
  • un taux de chômage très bas mais des créations d’emplois qui ralentissent,
  • perte de confiance du côté des petites entreprises,
  • hausse des coûts salariaux unitaires en raison d’une productivité qui stagne,
  • pression sur les marges des entreprises.

Dans ce contexte, les ménages joueront un rôle crucial et le défi de la Réserve Fédérale reste de taille. Elle doit trouver le juste milieu entre, d’un côté une volonté de remonter les taux, pour conserver une marge de manœuvre en cas d’entrée en récession de l’économie américaine et de l’autre le besoin d’éviter qu’un resserrement prématuré donne un coup de frein important à l’économie. Au final, la prudence devrait dominer, si bien que nous tablons tout simplement sur un maintien du taux officiel à son niveau actuel. Si l’on y ajoute une BCE attentiste, impatiente de pouvoir évaluer les effets de ses dernières décisions, le dollar ne devrait pas afficher de tendance claire par rapport à l’euro avant plusieurs mois.

 

*Publié chaque mois par l'organisme américain "Institute for Supply Management, l'indice ISM est séparé en deux grandes familles : l'ISM manufacturier, qui reflète la santé du secteur aux USA et l'ISM services, plus spécifique aux activités tertiaires.

William DE VIJLDER

Directeur de la Recherche économique
de BNP PARIBAS

Nous vous recommandons également
sur le web
Le portail des Etudes Economiques - BNP Paribas

Toute l'information sur l'économie internationale. Retrouvez les analyses, commentaires, articles et vidéos des Etudes Economiques.

sur le web
Eco Blog : décryptage de l'économie internationale

William de Vijlder, Directeur de La Recherche Economique de BNP Paribas partage son expertise sur son blog. Retrouvez ses publications, vidéos…