Trouvez votre solution

  1. 1

    Vous voulez...

  2. 2

    Dans quel but ?

  3. 3

    Pour quel objectif ?

recommencer
La cession de balance ou comment financer un volume important de factures clients
Article précédent La cession de balance ou comment financer un volume important de factures clients
Réduire vos coûts internes en évitant la détérioration de vos marchandises transportées
Article suivant Réduire vos coûts internes en évitant la détérioration de vos marchandises transportées

2016 : Pourquoi la conjoncture économique sera-t-elle probablement favorable en zone euro ?

05/01/2016

De bons indicateurs économiques et la politique d’assouplissement monétaire de la Banque centrale européenne justifient une lecture positive de la conjoncture économique en 2016. Les interrogations concernent surtout l’environnement externe, notamment les développements en Chine et la politique de la Réserve fédérale américaine.

1er trimestre 2016 : une conjonction de facteurs économiques favorables en zone euro

D’une manière générale, les statistiques économiques récentes mettent en perspective un bon début d’année en zone euro. Pour le reste de l’année 2016, la conjoncture devrait continuer à bénéficier d’un ensemble de facteurs favorables : le cours de l’euro, le pétrole bon marché, des taux d’intérêt bas, un léger coup de pouce budgétaire.

Nous tablons donc, pour 2016, sur un taux de croissance du PIB en ligne avec notre estimation pour 2015 (+1.5%). Pour 2017, nous nous attendons même à une légère accélération à 1.8%.



Une croissance européenne soutenue par des éléments structurels

Plus que par le passé, cette dynamique serait portée par l’investissement des entreprises, sur la base :

  • d’une amélioration de leur rentabilité,
  • d’un accès facilité au financement,
  • d’un regain de compétitivité, grâce notamment à la baisse depuis 2014 de l’euro,
  • d’un retour de la confiance.

Quels sont les freins à la croissance ?

Un taux de chômage qui demeurerait malgré tout élevé expliquerait en grande partie pourquoi l’inflation devrait, pendant un certain temps encore, rester faible1 et nettement en deçà de l’objectif de la Banque centrale européenne. C’est d’ailleurs pour cette raison qu’elle a récemment étendu la durée de son programme d’assouplissement quantitatif et qu’elle pourrait, si nécessaire, prendre de nouvelles mesures. Cette détermination de Mario Draghi et de ses collègues de la BCE soutient la confiance des ménages et des chefs d’entreprises car elle écarte des scénarios extrêmement sombres.



Etats-Unis, Chine, pays émergents : quelles perspectives de croissance en 2016 ?

Bien évidemment, la conjoncture européenne dépend également du développement économique dans d’autres pays, en particulier aux Etats-Unis et en Chine.

Aux USA la croissance devrait rester satisfaisante (+2.0% en 2016), ce qui constituerait une bonne nouvelle pour nos exportations. Elle justifiera de nouveaux resserrements monétaires qui soutiendront le dollar vis-à-vis de l’euro. Si la Réserve fédérale est porteuse d’espoir pour les Européens, elle risque également d’être un facteur d’incertitude2 Janet Yellen a promis un resserrement progressif, très dépendant des publications de statistiques économiques. Un rythme plus soutenu serait malvenu et se traduirait par des turbulences sur les marchés financiers avec une contagion à l’Europe.

La Chine, de son côté, a fortement influencé la conjoncture et les marchés en 2015 : chute importante de la bourse, dévaluation surprise du yuan, ralentissement tendanciel de la croissance. L’impact sur les partenaires commerciaux du pays a été important, à commencer par les pays émergents. En effet, les exportateurs de matières premières ont souffert d’un double choc : la baisse des volumes et la baisse des prix. L’Europe a également subi un impact négatif.

En 2016, la croissance chinoise devrait finir par se stabiliser. Cela constituerait un soulagement pour les pays émergents, le secteur des matières premières, voire même pour nos entreprises qui exportent vers la Chine. Dans le cas contraire, ce serait de nouveau une source de nervosité, à l’image des interrogations de 2015.



1une inflation trop faible implique des taux réels trop élevés ce qui freine les dépenses

2Les resserrements devraient provoquer une certaine remontée supplémentaire du dollar vis à vis de l'euro. L'incertitude concerne la dépendance du rythme de resserrement monétaire, rythme lié aux publications de statistiques. Cette incertitude fait courir le risque de surprendre les marchés.

William DE VIJLDER

William DE VIJLDER

Directeur de la Recherche économique
de BNP PARIBAS

Nous vous recommandons également
Article
L’Affacturage : solution pour financer l’exploitation et optimiser la gestion du poste clients de votre entreprise

Afin de répondre à ses besoins de financement, l’entreprise aura, à chaque étape de son cycle de vie, recours à des solutions d’affacturage. Découvrez la « Saga de l’affacturage », une fiction retraçant la success story de My Ice Dream.

Sur le web
L’affacturage : pour qui, pour quoi ?

L’affacturage repose sur 4 piliers principaux pour soutenir le développement de l’entreprise : Financement, Connaissance, Gestion et Protection.

Sur le web
BNP Paribas Factor

BNP Paribas Factor, société d'affacturage vous présente ses solutions Poste Clients, de financement de relance et recouvrement et protection contre les impayés