Trouvez votre solution

1

Vous voulez... Financer votre activité, un investissement, un projet...

2

Dans quel but ? Acquérir un matériel ou un bien immobilier

3

Pour quel objectif ? Disposer d’une avance de vos effets de commencer en attente de paiement

recommencer
Trouvez votre solution
  1. 1

    Vous voulez... Financer votre activité, un investissement, un projet...

  2. 2

    Dans quel but ? Acquérir un matériel ou un bien immobilier

  3. 3

    Pour quel objectif ? Disposer d’une avance de vos effets de commencer en attente de paiement

recommencer
Contactez-nous
  • données par les objets
  • secteurs en pointe
  • précautions techniques et juridiques
  • un enjeu de performance
Contactez-nous
Article précédent Des actifs à risque en nette progression
Article suivant Protection des données personnelles

L’Internet des objets, nouvel horizon à conquérir pour les entreprises

06/06/2017

Le cabinet Gartner l’affirme* : on compte plus de 8 milliards d’objets connectés en 2017. Les experts estiment qu’ils devraient s’élever à plus de 30 milliards d’ici à 2020. Pour les entreprises, il s’agit d’une aubaine, car les retombées économiques sont évaluées entre 3,9 et 11,1 billions de dollars par an à compter de 2025**.

Internet des objets : transmission de données par les objets

Un objet connecté est un appareil doté d’une adresse IP, de composants informatiques et d’un protocole de communication le reliant, avec ou sans fil, à un autre appareil (ordinateur, serveur, smartphone, etc.). D’où la notion d’« Internet des objets » (traduit de l’anglais « Internet of Things » ou IoT). Ces objets sont capables de capter et de transmettre des données grâce à des capteurs connectés : de la vidéo avec, par exemple, une caméra de surveillance Nest Cam, des informations de santé avec des balances Withings, des bracelets Jawbone, ou des brosses à dents Ara, mais encore les positions de containers maritimes chez les armateurs. Les exemples sont nombreux.

Dans le secteur de la logistique, la start-up Ffly4U conçoit des trackers connectés à placer sur des palettes afin de suivre ces dernières. Chez Otis, des ascenseurs peuvent être appelés depuis une application mobile et la maintenance peut accéder en temps réel aux données d’utilisation des cabines.

Plusieurs raisons expliquent qu’aujourd’hui ces objets connectés sont en plein essor. Parmi celles-ci : la miniaturisation et la baisse du coût des composants électroniques (notamment des capteurs), la généralisation des smartphones et des tablettes qui se muent en interfaces de consultation ou encore la multiplication d’outils d’analyse permettant d’exploiter les données du Big Data.

"L’Internet des objets permet la captation et la transmission de données par Internet."
L’Internet des objets permet la captation et la transmission de données par Internet.

Des secteurs en pointe

Début 2016, le cabinet américain A.T. Kearney se penchait sur l’impact de l’IoT en Europe. Les gains y seraient de 430 milliards d’euros d’ici à 2025, avec certains secteurs plus en avance que d’autres. De manière générale, l’industrie est la plus en pointe, avec des retours sur investissement assez rapides. Dans le secteur du transport, les applications sont nombreuses : suivi, gestion et maintenance de flottes de véhicules ou de containers dans les ports, analyse de fréquentation des réseaux de transports publics, caméra IP pour la sécurité…

Dans les entrepôts aussi, les objets connectés bouleversent la donne : chez Gamm Vert ou Carrefour en France, Haba en Allemagne, les manutentionnaires, munis d’un casque connecté, se servent de la synthèse vocale pour recevoir leurs ordres et valider leur collecte dans les allées. La connexion Bluetooth et les étiquettes RFID intelligentes permettent des applications de localisation précise de marchandises et de transmission d’informations sur leur état.

Pour autant, le secteur tertiaire n’est pas en reste. Dans le monde de l’assurance automobile par exemple, l’IoT a permis l’émergence de contrats dits pay-as-you-drive, ajustés au comportement réel de conduite (Amaguiz, Direct Assurance). L’assurance habitation s’y est mise aussi : le Groupe CGI propose un système de capteurs détectant voire anticipant des dommages.

Avec une myriade de produits grand public, la santé est également très en avance, et l’IoT est entré dans les hôpitaux (localisation de matériel, gestion du flux des patients) ou les laboratoires (applications de gestion de leur diabète par les patients chez Sanofi, de suivi de maladies chroniques chez Roche).

"Les secteurs d’activité en pointe en matière d’objets connectés."


Les secteurs d’activité en pointe en matière d’objets connectés.

Des précautions techniques et juridiques sont de rigueur

Si la technologie est opérationnelle, elle crée de nouveaux points d’entrée sur le réseau de l’entreprise. Gare aux pirates ou aux fuites de données ! Une surveillance accrue de la logistique informatique est nécessaire, de même qu’une sensibilisation des équipes (robustesse des mots de passe, connexions sécurisées). En 2016, plusieurs attaques ont été menées via des botnets1 de caméras connectées mal sécurisées.

La collecte et la transmission de données inhérentes aux objets connectés sont un sujet tout aussi délicat. Où vont les données ? Qui les traite ? Sont-elles anonymisées ? Quels sont les possibilités et les risques de croisements de données ? Pour répondre à ces questions, un cadre légal a été instauré. L’article 34 de la loi Informatique et libertés oblige les responsables du traitement à préserver la sécurité des données. Le règlement du Parlement européen et du Conseil du 27 avril 2016 encadre le traitement de données personnelles (art. 25) et exige qu’un tel traitement fasse l’objet d’une étude d’impact quand les droits et les libertés des personnes sont exposés à un risque (art. 35).


"Internet des objets : quelle performance en entreprise ?"


Internet des objets : quelle performance en entreprise ?

L’Internet des objets, un enjeu de performance

On le voit, les applications ne se limitent pas à des gadgets high-tech et les entreprises, en pleine transformation digitale, sont concernées au premier chef. Au-delà de l’innovation, c’est bien de performance dont il est question. En effet, en entreprise, l’IoT peut être utilisé pour automatiser et superviser des tâches manuelles répétitives (éclairage, climatisation, température de l’eau, etc.). Et ce n’est pas là ses seuls usages. L’IoT constitue un levier puissant pour :

  • réduire ses coûts de maintenance (en équipant ses TGV de milliers de capteurs, la SNCF table sur 10 à 30% de gain) ;
  • réduire ses stocks pour « coller » strictement à la demande (BMW imprime en 3D certaines pièces de la BMW i3 au moment du montage) ;
  • augmenter ses ventes (+ 12% pour Coca-Cola Amatil avec l’implantation de 50 vitrines réfrigérées interactives et connectées) ;
  • mieux connaître ses clients (le bracelet d’Affect-Tag renseigne sur les émotions d’un client lors du test d’un produit) ;
  • fidéliser ses clients (Nespresso facilite par exemple le rachat de ses capsules via des notifications sur smartphone avec la machine connectée Prodigio).

Si l’IoT permet d’enregistrer des gains à court terme, il permet aussi de créer de nouveaux liens avec le client, en lui proposant de nouveaux services, en répondant mieux à ses besoins et à ses envies grâce à des bases de données enrichies. On comprend donc pourquoi, selon une étude Forrester de novembre 2016 réalisée auprès de 3 600 décideurs, une entreprise sur cinq exploite déjà le potentiel de l’IoT quand 28% de celles qui ne le font pas prévoient de s’y mettre prochainement.




*Source : Gartner, février 2017
**Source : cabinet McKinsey, juin 2015
1. Réseau de programmes informatiques communiquant entre eux par Internet. Avec l’Internet des objets, un virus peut mettre en réseau divers objets partout dans le monde et en prendre le contrôle afin de réaliser certaines tâches malveillantes : envoyer du spam, saturer un serveur de demandes de connexion…


Nous vous recommandons également
Article
BNP Paribas : la banque des entreprises innovantes

BNP Paribas avec son Label WAI (We Are Innovation) d’accompagnement bancaire spécialisé et d’accélération business, est aux côtés des entreprises innovantes.

Sur le web
France : quel soutien à l’IOT ?

Découvrez la feuille de route lancée par le gouvernement pour favoriser le développement de l’Internet des objets en France.